Envoyer à un ami

A la recherche des corégones : Enquête sur le Lac Léman en Kayak, spécial Chimie en Vacances !Niveaux 1 à 4

Avec un véritable laboratoire de recherche, du Sports et des Sciences, Kayak, aviron, paddle, spéléologie, escalade ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓ Niveaux 1 à 4

A la recherche des corégones : Enquête sur le Lac Léman en Kayak, spécial Chimie en Vacances !Niveaux 1 à 4

Avec un véritable laboratoire de recherche, du Sports et des Sciences, Kayak, aviron, paddle, spéléologie, escalade ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓ Niveaux 1 à 4

International Lausanne Water Science Camp
Des séjours de vacances qui changent le monde
Chimie - Bactériologie - Suivi population - Lac - Laboratoire

Accueil > Liste des Séjours > A la recherche des corégones : Enquête sur le Lac Léman en Kayak, spécial Chimie en Vacances !

Dates Places et Tarifs

Ajouter à ma liste de souhait

Introduction

Dans le lac Léman, un poisson mythique du lac, le corégone, voit sa population diminuer... Pourquoi ? C’est la question à laquelle nous voulons répondre en analysant l’eau du lac Léman et de ses affluents, et ceci dans un véritable laboratoire de l’université de Lausanne ! Au programme : des expériences inouïes à la pointe de la technologie. Nous partirons aussi récupérer des échantillons d’eau dans des endroits inaccessibles : en spéléologie dans les profondeurs de la terre, en kayak au cœur du lac, mais aussi en aviron et paddle !

Le Séjour

« International Lausanne Water Science Science La science est désormais l’affaire de tous. Découvrez la science d’une manière ludique et active. Nous vous proposons d’en découvrir plus sur nos expéditions à la voile, découverte du plancton. Camp »

Un projet scientifique....
Le lac Léman est le plus grand lac d’Europe mais aussi la réserve d’eau potable pour plus de 500 000 personnes, françaises et suisses ! Notre séjour a alors pour objectif d’analyser certains contaminants contenus dans l’eau du lac et de ses affluents. Nous vérifierons quelle est la toxicité de ces polluants sur des organismes aquatiques particulier, les daphnies, qui sont des petits crustacés d’eau douce utilisés en routine par les chercheurs dans les expériences d’éco-toxicologie (c’est à dire qui testent la toxicité sur les organismes vivants). Nous participerons aussi au suivi de la population de Corégone du lac en récupérant des écailles de ces poissons pour lire leur âge sur les écailles... ! Plus d’infos dans la section « projet de recherche » ci-dessous.

... et des sports de dépassement de soi
En parallèle du projet de recherche, nous avons concocté un programme sportif pour développer la confiance en soi. Les sports n’ont pas de prérequis techniques et adaptés au niveau des participants, le principal est d’essayer et de se dépasser ! 💪💪

    • La peur des profondeurs avec une journée spéléologie dans la vallée de Joux. Nous en profiterons pour récupérer l’eau de ses profondeurs et l’analyser !
      Attention l’activité spéléologie n’a lieu que la première semaine du séjour
    • La peur du vide avec l’escalade
    • L’esprit d’équipe avec des séances d’aviron
    • Et du fun avec des séances de kayak et de paddle jusqu’au milieu de la baie de Vidy. L’occasion de prélever les échantillons d’eau qui nous manquent au cœur du lac et en profondeur !

Le Projet de Recherche

Ce séjour est lié au programme Water Watch qui vise à étudier le milieu aquatique.
Vous pouvez nous suivre sur notre site et sur facebook pour connaître nos actualités et nos autres séjours.

Notre projet de recherche, sur ce séjour, est de mesurer la qualité de l’eau du lac Léman. Qu’est-ce que la qualité de l’eau ? Elle dépend de sa composition comme la quantité d’oxygène dissous, la quantité de bactéries ou la concentration en certains « polluants » comme les nitrates, l’ammonium , les phosphates issus de l’agriculture par exemple. En remontant le cours de la rivière « La Chamberonne » qui se jette dans le lac au niveau de la baie de Vidy, nous essaierons de déterminer d’où viennent ces polluants. Chaussés de bottes, nous ferons plusieurs prélèvements d’eau tout au long de la rivière et nous mesurerons la température, la conductivité, le pH qui nous donneront de multiples indices sur la qualité de l’eau.

De retour au laboratoire « L’Eprouvette » à l’université de Lausanne, nous pourrons cette fois-ci analyser de manière très précise et grâce à du matériel de pointe :
- La quantité de nitrate, ammonium et phosphate dans l’eau par spectrophotométrie
- La quantité de bactéries Escherichia coli en réalisant une mise en culture
- La toxicité des polluants trouvés en mesurant leur impact à différentes concentrations sur des micro-crustacés d’eau douce : les daphnies

La deuxième semaine du séjour, nous irons aussi, tôt le matin, au retour de la pêche pour prélever des écailles de Corégone (appelé aussi Féra), poisson spécifique des lacs alpins. Pourquoi prélever des écailles ? Car on peut lire l’âge des poissons sur leurs écailles, un peu comme les cernes d’un arbre ! Connaitre l’âge de cette population de poissons nous permettra d’évaluer comment se porte leur population. En effet, le corégone avait pratiquement disparu dans les années 1980 à cause de la forte pollution du lac Léman par les phosphates. Depuis, des mesures ont été prises par les autorités françaises et suisses pour diminuer la quantité de phosphates et la population de poissons réaugmente. Cependant, depuis quelques années, sa population rechute… pourquoi ? C’est justement ce que des chercheurs de l’INRAE de Thonon-les-Bains nous demandent de découvrir pendant ce projet de sciences participatives car ils manquent de données côté suisse du lac ! Nos mesures et les écailles récoltés seront donc envoyés à l’INRAE.

Enfin, nous ferons aussi une récolte de micro-plastiques sur le lac et la rivière « La Chamberonne ». Un récent article a montré que le lac était aussi pollué que la Méditerranée !

C’est ensemble que nous expérimenterons différents protocoles de suivi des micro-plastiques (prélèvements, échantillonnages, cartographie, observation à la loupe, détermination etc.), pour en déceler de possibles traces dans la ressource en eau suisse.

Lire plus

Concept Appris sur le séjour

Scientifique :
Protection des milieux aquatiques – Biodiversité – Chimie de l’eau – Microbiologie – Ecotoxicologie – Scalimétrie (lecture d’écailles de poissons) – Analyse d’images – Qualité de l’eau – Transition agro-écologique – Réseau trophique
Sportif :
Spéléologie – Escalade – Kayak – Paddle - Aviron

Le Matériel Utilisé

Spectrophotomètre – Kit d’écotoxicité – Boîte de Pétri – Milieu de culture - Travail en conditions stériles - Pipettes et micropipettes- Verrerie de laboratoire - Produits de laboratoire - Masques - Gants - Lunettes - pHmètre - Oxymètre - Conductimètre – Loupe binoculaire – Règle – Balance – Loupe binoculaire – Logiciel d’analyse d’image - Préleveur d’eau

Le lieu

Le lac Léman
C’est le plus grand lac alpin d’Europe, il est tellement grand que des phénomènes de marée sont perceptibles ! Sa superficie atteint 581 km2 et il contient 89 km3 d’eau, ce qui équivaut à remplir 59000 milliards de bouteilles d’eau d’1,5 litres. Il est aussi très profond puisqu’il atteint plus de 300 m de profondeur près de Lausanne. Son eau a de multiples usages (baignade, sports, pêche…) mais sa principale vocation est la production d’eau potable pour plus de 500 000 français et suisses. D’où l’intérêt de suivre et d’agir pour préserver sa qualité !

Le campus de l’Université de Lausanne et le laboratoire L’Eprouvette
Nous irons régulièrement sur le campus de l’université de Lausanne (UNIL), qui compte plus de 15000 étudiants et nous réaliserons toutes les expériences au sein du laboratoire public L’Eprouvette. La ville de Lausanne, située dans le canton francophone de Vaud au pied des montagnes, est aussi une ville de sports puisqu’elle est connue pour être le siège du comité international olympique.


De gauche à droite : le laboratoire, le lac Léman, la Chamberonne

Lire plus

Le Quotidien sur Place

LES SPORTS
Chaque semaine, nous pratiquerons plusieurs sports. Tous les sports sont évidemment encadrés par des professionnels qualifiés.

    • Une journée spéléologie dans la vallée de Joux pendant laquelle nous visiterons aussi les grottes de Vallorbe et une partie de la grotte des fées. L’occasion de récupérer de l’eau infiltrée dans ces profondeurs et de la comparer à l’eau de surface.
      La journée spéléologie se déroule seulement la première semaine du séjour
    • L’aviron : le sport d’équipe par excellence !
    • Le kayak et le paddle
    • L’escalade

Pour ces trois derniers sports, nous le pratiquerons durant deux séances, la première et la deuxième semaine, ce qui permettra de nous améliorer d’une semaine à l’autre !

VIE QUOTIDIENNE
La plupart de nos déplacements se feront à pied ou en bus.
Chaque soir, des veillées seront organisées : jeux, impro, blind test... Et tout ce que tu peux avoir comme idée ! Nous partirons aussi sur les traces des castors pour essayer de les observer à la tombée de la nuit...

Un séjour en ville mais avec une biodiversité très riche et insoupçonnée !

Lire plus

L'Équipe

Blandine CAQUET

Docteur en biologie forestière
Responsable scientifique et animatrice à la Vigie de l’Eau
Responsable du programme WATER WATCH qui regroupe les séjours « International Vittel Water Science Camp », « International Lausanne Water Science Camp », « USA : Au cœur des Grands Lacs » et « Canada Sauvage et Aventure »
Brevet de surveillant de baignade

Guillaume LORIMIER Responsable scientifique

Sciences & Montagne
Ingénieur hydraulique Grenoble INP - ENSE3
Responsable scientifique des projets « Into the Great Lakes » & « Into the canadian Wilderness ».

Lire plus

Parrains

Ce programme scientifique a été co-construit avec des chercheurs de l’Université de Lausanne et de l’INRA de Thonon-les-Bains






Lire plus

L'Hébergement

Vous serez hébergés au camping de Vidy au bord du lac Léman. Nous dormirons sous de grandes tentes de 6 personnes (3 lits superposés). Il y a un petit espace commun à l’entrée des tentes avec un frigo et une table. La restauration sera organisée par les éducateurs OSI. Cependant, tous les participants au séjour se partagent la gestion des tâches quotidiennes : préparation des repas, des veillées, du matériel scientifique pour le lendemain... Car au-delà de la découverte scientifique, c’est aussi une expérience humaine pour devenir plus autonome !

Lire plus

Photos / Vidéos

A voir aussi



Nos partenaires

Voir également