Envoyer à un ami

Changement climatique : Combien de temps avant le Point de Non-Retour ?

Qui n'a pas encore remarqué à son échelle au moins une conséquence du dérègelement climatique ? ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Changement climatique : Combien de temps avant le Point de Non-Retour ?

Qui n'a pas encore remarqué à son échelle au moins une conséquence du dérègelement climatique ? ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Initialement le terme de réchauffement climatique Réchauffement climatique
Dérèglement climatique
Changement climatique
La question de savoir si on est en réchauffement ou en changement climatique fait partie de nombre de nos séjours de recherches participatives et de sciences citoyennes :
avait été retenu pour qualifier les perturbations climatiques se faisant de plus en plus extrême. Avec des étés plus chauds et des hivers plus rudes, des catastrophes climatiques de plus en plus dévastatrices, il semble dorénavant plus approprié de parler de changement climatique Réchauffement climatique
Dérèglement climatique
Changement climatique
La question de savoir si on est en réchauffement ou en changement climatique fait partie de nombre de nos séjours de recherches participatives et de sciences citoyennes :
.

Le GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat a publié son dernier rapport en octobre 2018 ou il stipule que si les émissions de GES restent constantes, le réchauffement climatique Réchauffement climatique
Dérèglement climatique
Changement climatique
La question de savoir si on est en réchauffement ou en changement climatique fait partie de nombre de nos séjours de recherches participatives et de sciences citoyennes :
ne cessera de croitre. L’utilisation des combustibles fossiles et la déforestation sont deux des principales causes du changement climatique Réchauffement climatique
Dérèglement climatique
Changement climatique
La question de savoir si on est en réchauffement ou en changement climatique fait partie de nombre de nos séjours de recherches participatives et de sciences citoyennes :
. Mais c’est plus généralement notre mode de vie qui est en cause en particulier nos choix en termes de logement, alimentation et transport.

Un phénomène irréversible

A un certain moment il en viendra même à s’auto alimenter indépendamment de l’activité humaine. En effet, le dégel du pergélisol, c’est-à-dire des sols gelés en permanence, va provoquer la décomposition d’une partie de la matière organique riche en carbone qu’il contient, libérant du méthane en grande quantité et accélérant ainsi le phénomène. Il est présent dans toutes les régions de l’Arctique ; Groenland, Sibérie, Canada, Alaska. Le pergélisol renferme deux fois plus de carbone que l’atmosphère terrestre et selon une étude du National Snow and Ice Data Center, le permafrost contient également d’immenses stocks de mercure.

Et qu’est ce que ça change pour nous alors ?

À 1,5°C de réchauffement les impacts des dérèglements climatiques auront déjà des conséquences non négligeables sur les populations et les écosystèmes. Au-delà de 2°C, les impacts seraient dramatiques sur notre capacité à nous nourrir, sur notre santé, et pourraient même devenir irréversibles. À +3°C, la situation deviendrait critique : extinction de masse des espèces animales et végétales, insécurité alimentaire aiguë et déplacements massifs de populations du fait de l’élévation du niveau de la mer.

Un problème fortement enraciné

Nos premiers adversaires sont l’indifférence et l’ignorance envers les sciences du climat, exploitées par des climato-sceptiques de tous bords souvent motivés par des intérêts financiers. Aujourd’hui, l’idée que les humains sont responsables des changements climatiques récents fait consensus pour plus de 95% des scientifiques du climat dans le monde.
Cependant certains affirment que fixer des limites de CO2 pour un pays est suicidaire dans le contexte d’hypercompétitivité de la mondialisation. Mais être au bord du gouffre et accélérer de plus belle n’est-ce pas cela le véritable suicide ? Comment la croissance économique pourrait-elle être illimitée dans un monde aux ressources limitées…

Mais rien n’est encore perdu, et comme disait Friedensreich Hundertwasser :« Lorsque qu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité ».

Nos actions

Ainsi OSI est engagé dans la lutte contre le changement climatique dans le sens ou nos projets de recherche participative s’orientent autour des objectifs du développement durable. Les participants s’impliquent dans un projet de recherche réelle avec pour objet la protection de l’environnement. Une prise de conscience Prise de conscience Fait de comprendre quelque chose. tant individuelle que collective a lieu et la collaboration internationale et interculturelle en est un facteur clé.
Les participants ont l’opportunité d’exercer leur capacité de discernement et d’aller vérifier sur le terrain les informations relatives au dérèglement climatique. Les sciences participatives sciences participatives Les sciences participatives et sciences citoyennes sont au cœur de notre projet. En effet, c’est un moyen ludique et citoyen de compléter des travaux scientifiques.

Lors des différentes missions, nous regroupons les données que nous avons récoltées et les partageons avec le monde de la recherche. Cela permet à tous ceux qui sont intéressés par la recherche scientifique, sans pour autant avoir une implication directe dans la recherche, de s’informer des dernières avancées
Votre action contribue donc à l’avancée de la science !


L’exercice de vulgarisation scientifique prend différentes formes. Il peut s’agir de l’observation de différentes espèces animales : oiseaux, insectes, reptiles et mammifères, afin de les répertorier. Cela peut également s’appliquer à la biodiversité marine. La vulgarisation peut également être appliquée à la géologie grâce au développement des technologies satellites qui se sont démocratisées grâce à l’essor du drone (géo-référencement), et même dans le domaine de l’astronomie par la cartographie du ciel.

Les possibilités sont nombreuses et ne demandent qu’à être saisies.

L’expérimentation des nouvelles technologies de collecte scientifique fait partie intégrante de nos séjours. L’utilisation de la photographie numérique, des Spectrophotomètres, ainsi que de microscopes et de drones font partie du matériel que nous mettons à disposition dans nos colonies de vacances.
Les séjours que nous proposons sont aussi variés que les outils scientifiques à notre portée : observation de l’éclipse totale aux Etats-Unis en 2017, suivi des cétacés à Tahiti, ou encore découverte de la somptueuse panthère des neiges au Kirghizstan sont au programme.
sont intéressantes car elles permettent l’autonomisation empowerment
autonomisation
L’empowerment est une démarche d’autonomisation permettant aux individus d’acquerir davantage de pouvoir pour agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques auxquelles ils sont confrontés.
et le développent d’un esprit critique qui encourage l’action. En effet le savoir se transmet ici de manière transversale. Le sentiment d’impuissance face aux catastrophes écologiques et sociales peut trouver son remède dans un engagement pour l’étude de la biodiversité, des glaciers, de la qualité de l’eau, des énergies renouvelables…

Cliquez sur ce lien pour voir les séjours sur le climat

Nos partenaires

Voir également