Envoyer à un ami

Du phytoplancton pour lutter contre le rechauffement global

↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Du phytoplancton pour lutter contre le rechauffement global

↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓

Alors que les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphere
ont drastiquement augmente au cours du dernier siecle, a la surface des
oceans de minuscules vegetaux contribuent discretement a reguler l’air que
nous respirons. En collaboration avec le groupe Tomographie par Emission de
Positrons (PET) de TRIUMF, le Dr Maria MALDONADO mene des recherches qui
pourraient avoir un impact significatif dans la lutte contre les changements
climatiques. Elle occupe actuellement une chaire de recherche du Canada et
est professeur a l’Universite de Colombie Britannique dans le departement
des Sciences de la Terre et de l’Ocean.
Comme tous les vegetaux, le phytoplancton absorbe le CO2 et le convertit en
sucres grace a la photosynthese, aidant ainsi a reguler les niveaux de ce
gaz a effet de serre dans l’atmosphere. Le phytoplancton est abondant dans
les eaux a forte concentration en fer dissout. Les recherches passees ont
indique que le fer jouait un role majeur dans le developpement de ces
vegetaux et influait donc sur la consommation de CO2. Cependant, certaines
varietes parviennent a survivre dans des eaux a tres faible concentration en
fer. Le Dr MALDONADO a commence a observer avec des etudiants de UBC
l’incidence du cuivre sur ces petits organismes.
Les recherches preliminaires ont montre que le cuivre pouvait agir comme un
substitut du fer dans les eaux qui en manquent, comme certaines parties du
Pacifique Subarctique et des oceans australs. De plus, la presence de cuivre
semble faciliter l’absorption de fer et influencer l’activite
photosynthetique. En observant les effets que peuvent avoir les variations
de concentration en cuivre et fer sur la physiologie du phytoplancton, une
methode pourrait etre developpee pour favoriser la consommation de CO2 et
aider a lutter contre le rechauffement planetaire.
La participation de TRIUMF consiste a produire des isotopes de cuivre 64
pour mesurer les niveaux de cuivre intracellulaire dans le phytoplancton. Le
prochain objectif est de fournir des isotopes de cuivre 67 dont la demi-vie
est plus longue pour pouvoir effectuer plus de test et programmer plus
facilement les experiences. L’equipe du Dr MALDONADO etudiera la
distribution du cuivre dans divers compartiments cellulaires du
phytoplancton pour determiner de possibles substitutions biochimiques du fer
par le cuivre. Le groupe devrait publier ses resultats d’ici fin 2005.

Sources : TRIUMF Technology Transfer Bulletin, vol.8 issue1, 01/2005
Redacteur : Delphine Dupre, VANCOUVER,
attache-scientifique@consulfrance-v...

Nos partenaires

Voir également