Sur la route des oiseaux migrateursNiveaux 1 à 4

Pour la première fois, Objectif Sciences International vous propose une évasion à l'automne en Camargue, parmi les oiseaux migrateurs ! Voir descriptif détaillé

Sur la route des oiseaux migrateursNiveaux 1 à 4

Pour la première fois, Objectif Sciences International vous propose une évasion à l'automne en Camargue, parmi les oiseaux migrateurs ! Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets de recherche !
Des séjours de vacances qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets de sciences participatives pour le développement durable

Introduction

Saviez-vous que plusieurs centaines de milliers d’oiseaux migrateurs s’arrêtent à l’automne en Camargue avant de continuer leur route vers l’Afrique ? Et pour cause, la Camargue est une réserve mondiale de biosphère depuis 1977. Elle figure également sur la liste des zones humides d’importance internationale depuis 1986. Le patrimoine naturel y est remarquable et reconnu dans le monde entier pour la variété et l’abondance de ses communautés d’oiseaux. Et en particulier pendant la migration. Si vous avez entre 7 et 18 ans ou si vous êtes en famille et que vous voulez partir à la découverte de ces animaux qui parcourent des distances incroyables, rejoignez-nous et vivez une expérience hors du commun !

Le Séjour

Entre le fleuve Rhône et la méditerranée, la réserve de biosphère de Camargue couvre l’ensemble du delta du Rhône. Ce delta est le deuxième plus important de la méditerranée après celui du Nil. Cette région essentiellement lacustre comporte de nombreux marécages et étangs. Vous partirez au cœur du Triangle d‘or de la biodiversité que constitue la Camargue, les Alpilles et les plaines de la Crau. Située au bord de la mer méditerranée, la Camargue abrite près de 400 espèces d’oiseaux sédentaires et migratrices, soit 2/3 des espèces présentes en Europe ! Des ornithologues du monde entier viennent chaque année observer ces espèces. Pour certaines d’entre elles, la Camargue est le seul lieu en France où l’on peut les observer. On y trouve des nicheurs très rares ou très localisées. C’est le cas du flamant rose, espèce emblématique de la région, qui niche sur l’étang de Vaccarès. Mais ce n’est pas le seul ! On trouve aussi la Glaréole à collier, le Crabier chevelu, l’Ibis falcinelle, la Spatule blanche, la Talève sultane, ou encore la Sterne hansel et le Goéland railleur. On y trouve par ailleurs des hivernants rare comme l’Aigle criard. Enfin, c’est aussi un lieu d’importance majeure pour des espèces sédentaires, notamment des espèces qui affectionnent les roselières comme la Lusciniole à moustache : On compte 800 couples rien qu’en Camargue, un record national !























Flamant rose, Spatule blanche et Talève Sultane
© Aschaf / Trepte / R.Taylor


De nombreux oiseaux menacés en Europe y nichent également : 7 espèces de hérons, 6 de mouettes et autant de petits échassiers. En hiver, c’est jusqu’à 150 000 canards qui y séjournent. Et en migration, c’est 150 000 oiseaux d’eau en transit ! Bref, la liste est longue et la diversité impressionnante !














Roselières, limicoles, Héron pourpré et Bihoreau gris
© OSI S.Villalon / Lesveque Groupe / Doris / P.Dalous


La migration des oiseaux est un phénomène très complexe et même si nous avons résolu certaines énigmes, beaucoup de questions restent encore aujourd’hui en suspend : quelle route empruntent les différentes populations ? Comment peuvent-ils s’orienter et garder en mémoire la route à suivre ? Pourquoi chez certaines espèces, les jeunes et les adultes ne passent-ils pas par le même chemin ? Comment expliquer les variations des effectifs observés d’une année sur l’autre ? … Autant de questions auxquelles les chercheurs n’ont pas toutes les réponses.

La réserve naturelle nationale de Camargue a été créée il y a bien longtemps, en 1927 pour être exact ! Et les populations d’oiseaux de Camargue font l’objet de nombreuses études : elles sont suivies de très près depuis bientôt 60 ans… mais il reste encore du pain sur la planche !

Vous apporterez vous aussi votre pierre à l’édifice, en allant récolter des données directement sur le terrain et vous ressourcer dans un environnement majestueux !

Cette aventure a lieu pour la première fois aux vacances de la Toussaint, à l’automne prochain. Alors, lancez-vous et soyez les pionniers de ce projet !



Votre mission complémentaire


Nous ne nous intéresserons pas uniquement aux oiseaux ! Nous en profiterons pour jeter un coup d’œil aux libellules encore bien présentes à la Toussaint, ainsi qu’au reste de la faune que nous rencontrerons.

Le Projet de Recherche


Il s’agit, avec ce projet, d’acquérir de nouvelles connaissances sur les populations d’oiseaux migrateurs en Camargue et de participer à leur suivi. La Camargue constitue une halte très importante pour des milliers d’oiseaux qui ont besoin de rependre des forces avant de continuer leur périple vers le sud où ils passeront l’hiver. C’est dans ce cadre qu’il est capital de suivre les populations sur ce site afin de mieux les protéger.





















© OSI S.Allombert, S.Villalon



Concept Appris sur le séjour

Ornithologie - phénomène de migration - phénologie - biologie des populations - entomologie - botanique -milieux naturels -
habitat spécifique - écosystèmes - protocole scientifique - comptages - identification

Le Matériel Utilisé


Vous utiliserez du matériel optique professionnel indispensable à tout ornithologue : des paires de jumelles et des longues vues seront mises à votre disposition ainsi que des outils d’identification des espèces d’oiseaux et bien d’autres choses. Enfin, deux naturalistes ornithologues seront là pour vous épauler dans vos démarches et celles de toute l’équipe et vous permettre de devenir des experts ornithologues !

Le lieu


La Camargue est dotée d’un patrimoine naturel et culturel très riche. La diversité des milieux que l’on rencontre font la joie de beaucoup d’espèces animales et végétales. On y trouve notamment des marais d’eau douce, des dunes fluviatiles, des forêts inondables, des lagunes, et aussi des steppes au sol salé que l’on appelle des Sansouires composées de plantes très spécialisées : les salicornes. Cette diversité de milieux permet la présence d’une biodiversité remarquable.

Quelques espèces notables sont connues pour donner son image à la Camargue : Le flamant rose, que l’on peut observer toute l’année ne se reproduit que sur ce site, à l’échelle de la France. En Europe, c’est le seul lieu de reproduction annuel régulier depuis qu’un îlot de nidification a été aménagé sur l’étang de Fangassier. On y compte jusqu’à 30 000 individus en période de reproduction. Sur le littoral méditerranéen, les plus grandes populations d’une tortue d’eau douce, la Cistude d’Europe, sont située en Camargue, dans les zones de marais. Les Ragondins, originaires d’Amérique du sud et introduits en France pour leur fourrure au 19e siècle sont observés en grand nombre dans le parc national. Plus généralement, la réserve abrite une quantité impressionnante d’espèces en tout genre qui sont menacées de disparition : plantes, insectes, lézard, tritons, crapaud, poissons, chauve-souris protégés.
















Paysage camarguais, Cistude d’Europe et Ragondin
© OSI S.Villalon/ Fernandez Garcia / J.R.D Fonseca



L’une des richesses culturelles et architecturales importantes de la région est la chaumière de Camargue. Ce type d’habitation construite en roseaux des marais, que l’on appelle la Sagne, est utilisé par les ouvriers agricoles : les gardians, qui surveillent les troupeaux de chevaux ou de taureaux élevés en semi-liberté. On peut également admirer les rizières dans la région qui sont apparues grâce à l’arrivée des indochinois, il y a de cela plusieurs décennies. Les cultures de roselières, les pâtures humides et les rizières font maintenant partie du folklore Camarguais et de ses traditions.















Paysage Camarguais, chaumière de Camargue et pâture de chevaux
© OSI S.Villalon / B.Tuten / L.Tangelini


































Cigogne blanche, Nette rousse, Grand gravelot, Bécassine des marais, Chevalier Arlequin et Oedicème criard
© Trepte / M.Biseri / D.Wright / Littlew / Pellinger Attila / G.M.Garg

Le Quotidien sur Place


Plongés au cœur d’un site exceptionnel, l’essentiel de cette aventure se déroule dehors, longue vue sur l’épaule, jumelle autour du cou. Une superbe occasion de prendre un bol d’air frais entouré de paysages magnifiques !

Si nous voulons mener à bien notre mission scientifique et devenir de vrais experts, il est aussi important de prendre du bon temps ! Notre programme sera donc aussi marqué par des activités de détente telles que des jeux, des veillées, des activités sportives ou de découvertes.

L'Équipe


Sylvain Allombert est le responsable scientifique et technique du Programme de Recherche BIODIVERSITA et des séjours FBI. Une thèse de doctorat en écologie entre la France et le Canada lui fera découvrir sa vocation : la vulgarisation des connaissances scientifiques sur la Biodiversité. C’est dans une association qu’il pourra développer ses compétences dans ce domaine, travaillant avec tous types de public, des jeunes enfants aux professionnels. Au niveau naturaliste, c’est un généraliste ayant exercé comme ornithologue, entomologue ou écologue, en touchant également d’autres domaines comme la botanique, les mammifères, les reptiles ou les amphibiens. Sur ce séjour, Sylvain sera en charge de l’organisation des activités scientifiques. Ses connaissances extrêmement diversifiés sur le monde naturel ne manqueront pas de satisfaire la curiosité des participants !



Après un master recherche en écologie obtenu à Lyon, Sonia Villalon s’est orientée vers les sciences participatives et la vulgarisation scientifique dans les domaines de l’ornithologie, l’herpétologie et la mammalogie en France et au Québec. Elle a déjà eu l’occasion de travailler avec un public varié tels que des familles, des écoles, des étudiants ou encore des professionnels. Sur ce séjour, Sonia sera en charge de l’animation des activité scientifiques, notamment en tant qu’assistante ornithologue pour nos futurs experts !

L'Hébergement


A deux pas de la réserve naturelle régionale Scamandre, dans le secteur ouest en bordure de l’étang du Scamandre sur les domaines de La Fromagère et de Buisson-Gros. Ce site est composé de peuplements spécifiques : Pelouses à graminées, sansouires, jonçaies et roselières... La diversité de ces milieux permet la présence d’une remarquable biodiversité liée aux milieux camarguais.

Nous seront hébergés dans une grande maison vigneronne au Cailar : La manardière. En plus des chambres coquettes et du salon qui nous est réservé, nous avons aussi à disposition une salle pour l’organisation d’activités ludiques et de retransmissions de notre projet aux familles. Nous pourrons aussi profiter de la cour intérieure pour jouer dehors sur les temps extra-scientifiques et les temps libres.




JPEG

























La manardière
© OSI S.Villalon



Lors de notre séjour, nous feront une excursion de deux jours au coeur de la Camargue dans la partie Est, à Salin de badon, nous aurons alors la chance de partir à la découverte de nouveaux lieux pour notre étude. La localisation privilégiée de cet établissement nous permettra d’être en immersion totale dans cet endroit magique qu’est la Camargue, parmi tous ces oiseaux hors du commun !

















Salin de badon
© OSI S.Villalon

Nos partenaires

Voir également