Envoyer à un ami

La chenille ravageuse du maïs : Comment trouver des solutions écologiques et éthiques ? A Kabare, province du SUD-KIVU, RDCNiveaux 1 à 4

Etude et la gestion de chenilles ravageuses de culture dans le territoire de KABARE en province du SUD-KIVU cas spécifique de la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda). ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓ Niveaux 1 à 4

La chenille ravageuse du maïs : Comment trouver des solutions écologiques et éthiques ? A Kabare, province du SUD-KIVU, RDCNiveaux 1 à 4

Etude et la gestion de chenilles ravageuses de culture dans le territoire de KABARE en province du SUD-KIVU cas spécifique de la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda). ↓ Lire le descriptif détaillé plus bas ↓ Niveaux 1 à 4

La chenille ravageuse du maïs
Des séjours et des voyages qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets de sciences participatives pour le développement durable

Accueil > Liste des Séjours > Vacances Enfants et Ados > Destinations > Afrique > République Démocratique du Congo (RDC) > La chenille ravageuse du maïs : Comment trouver des solutions écologiques et éthiques ? A Kabare, province du SUD-KIVU, RDC

Dates Places et Tarifs

Ajouter à ma liste de souhait

Immersion Nature

Endurance physique

Production de données

Accessibilité

Introduction

La chenille légionnaire d’automne (spodoptera frugiperda) est originaire des régions tropicales de l’Amérique, elle a été signalée pour la première fois en Afrique centrale et occidentale au début de l’année 2016 précisément au Togo, et nous savons dorénavant qu’elle est présente à SaoTomé, au Nigeria, au Bénin, en Afrique du Sud, en RDC, au Burundi, au Kenya et dans bien d’autres pays d’Afrique.

La chenille légionnaire d’automne ravage les cultures de maïs, de soja, de patate douce, d’haricot, et de riz, notamment !!

Ce projet de recherche a pour objectif d’étudier cette chenille, et de chercher des solutions éthiques et durables pour préserver les cultures de ce fléau, en toute harmonie avec la nature.

Le Séjour

La chenille légionnaire d’automne a été signalée pour la première fois à l’Est de la RDC en 2017 mais il y a un manque flagrant et d’informations sur ce ravageur des cultures : son écologie, sa biologie et son mode d’attaque restent une question cruciale pour les agriculteurs dans cette région ; c’est pour cette raison que nous avons élaboré ce projet de recherche participative afin d’évaluer d’une part les perceptions et les connaissances des agriculteurs sur ce ravageur (étude de recherche sociologique) et d’autre part sur la biologie et l’écologie de la chenille pour sa gestion comme base de développement et cela dans une stratégie intégrée pour conserver à la fois la vie de cette chenille, et préserver les cultures et les activités agricoles de la région.

La chenille spodoptera frugiperda est aujourd’hui considérée comme le ravageur le plus problématique dans les champs des paysans avec énormément de dommages enregistrés, mais grâce à ce projet de recherche, nous pensons apporter une solution durable et éthique aux paysans agriculteurs qui sont actuellement victimes des ravages de ce ravageur, avec une baisse significative de leurs productions.

Le Projet de Recherche

L’objectif général de ce présent projet de recherche est d’analyser, et d’améliorer le niveau de connaissance des paysans agriculteurs sur la gestion et l’écologie de la chenille légionnaire d’automne (spodoptera frugiperda) dans le territoire de KABARE, puis de proposer des solutions durables et éthiques dans le respect de la Nature.

Ce projet de recherche participative a plusieurs objectifs concrets :

  • Evaluer la connaissance paysanne sur la chenille légionnaire d’automne (spodoptera frugiperda) : projet de recherche sociologique via des sondages auprès des agriculteurs locaux
  • Déterminer scientifiquement le niveau d’attaque et de ravages de ces chenilles sur les différentes cultures de la région, et dans les différentes zones de la région
  • Etudier et déterminer avec précision le cycle de vie, l’écologie et la biologie des chenilles spodoptera frugiperda
    • La connaissance de la biologie et l’écologie des insectes ravageurs passant par différents stades du cycle de vie susceptible d’entrainer des dégâts énormes, permettra de mettre en place des méthodes de lutte susceptibles de contourner les pertes de production agricoles.
    • Dans le plus long terme : Créer un centre de recherche entomologique pour conserver ces ravageurs.
  • Mettre en place et comparer différentes méthodes de gestion de la chenille légionnaire d’automne (lutte biologique via des prédateurs naturels de la chenille, modification des patterns de cultures afin de diversifier les plantes, éviter les zones de monoculture, …) afin que chenilles, les autres êtres vivants, et les plantes cultivées puissent vivre et survivre en harmonie.
    • Recenser les programmes pédagogiques et les solutions efficaces de lutte contre la légionnaire d’automne qui sont adaptés à la situation des petits agriculteurs africains, et les enrichir.
    • Déterminer l’efficacité des solutions de lutte culturale contre la légionnaire d’automne, y compris le choix des dates de semis (précoce ou tardif), les protocoles de prospection, les méthodes manuelles, la destruction des résidus de récolte, la plantation de cultures piège, la gestion du sol à des fins de contrôle des nymphes, la gestion des habitats, l’hygiène des cultures, etc. Promouvoir l’utilisation de biopesticides et de pesticides botaniques.
    • Déterminer l’efficacité des ennemis naturels (prédateurs, parasitoïdes et agents pathogènes) de la légionnaire d’automne afin d’évaluer leur potentiel du point de vue des stratégies de conservation/lutte biologique classique.
    • Installation des Pièges à phéromones dans le champ des cultures pour la capture des insectes ravageurs. Produire des connaissances approfondies et fiables sur la gamme de plantes hôtes et sur les schémas migratoires de la légionnaire d’automne dans le contexte des aires agro-écologiques et des systèmes de culture africains, en vue de trouver et de diffuser des solutions de lutte.
  • Evaluer le niveau d’encadrement des agriculteurs de KABARE dans la gestion de la biologie et de l’écologie de spodoptera frugiperda, et accompagner les agriculteurs en partageant avec eux le fruit de nos recherches : via des conférences, expositions, supports pédagogiques et informatifs.
    • Le projet comprendra entre autre l’installation de champs-écoles (= champs expérimentaux) au sein desquels nous appliquerons des techniques et des pratiques agricoles : les agriculteurs pourrons venir pour apprendre des méthodes, acquérir des connaissances et glaner les informations nécessaires à la lutte durable contre la légionnaire d’automne dans leurs propres champs.
    • Nous mettrons au point un système de surveillance harmonisé, un système cohérent de collecte et d’analyse des données et un système d’alerte rapide.
    • Nous organiserons et animerons un séminaire de recherche annuel sur la légionnaire d’automne, ainsi qu’une foire consacrée aux connaissances et aux services.
    • Nous produirons et distribuerons des guides de terrain et des affiches de sensibilisation et de vulgarisation sur la lutte contre la chenille légionnaire d’automne sur l’ensemble du territoire de Kabare.
    • Nous réaliserons des spots de sensibilisation sur le ravageur, diffusés en français et en langues local qui pourront passer dans des radios communautaires et commerciales. Identification de treize plantes pesticides locales et le rapproché à un centre de recherche pour une étude approfondie de leurs propriétés.
    • Faire en sorte que des messages cohérents soient communiqués au grand public et dans les pays, sur la base des meilleures connaissances, et élaborer des campagnes de communication de grande envergure.
    • Sensibiliser les paysans sur la conservation des variétés locales en voie de disparition

Sur le plus long terme :

  • Organiser des formations accélérées aux paysans pour leur doter d’un outil indispensable dans la gestion de la chenille aux champs : nous fournirons des informations et des formations fiables auprès des producteurs et des personnes-ressources (techniciens de terrain, facilitateurs) aux bonnes pratiques culturales : semis précoces, surveillance du ravageur, destruction mécanique des œufs et des larves, mise à contribution des prédateurs naturels, association du maïs à d’autres cultures, gestion des résidus des récoltes, mise en défend de l’échelonnement des semis, utilisation de pesticides botaniques à base d’extraits de plantes locales.
  • Contribuer à la vie socio-économique des paysans agriculteurs.
  • Organiser des visites d’échange entre agriculteurs et des congrès d’agriculteurs, faciliter l’élaboration de plans de lutte collectifs là où il existe des champs écoles des producteurs.

Souvent de tels projets ne sont pas à la portée des paysans agriculteurs dont le bien être socio-économique est mis en péril, le domaine agricole étant leur principale activité génératrice de revenu. Créer des programmes pédagogiques et du matériel de formation en vue d’introduire la question de la gestion de la légionnaire d’automne dans les programmes des champs écoles des producteurs (analyse agro-éco systémique, expérimentation et sujets de cours) sera donc un apport majeur pour les communautés locales.

C’est un projet de ‘’Recherche-action et développement participatif de technologies’’ : dans le but de faciliter les processus participatifs pour que les agriculteurs-chercheurs mettent à l’essai et adaptent des solutions de lutte durable dans le cadre d’expériences dans le cadre des champs écoles des producteurs et dans leurs parcelles.

Tout cela facilitera la mise en place et le fonctionnement d’une communauté de pratique interactive sur la lutte contre la légionnaire d’automne dans le cadre des champs écoles des producteurs, par l’intermédiaire de la Plateforme globale des Champs écoles des producteurs.

Notre projet de recherche aura donc des impacts :

  • sur la connaissance et l’avancée de la recherche scientifique
  • sur la vie socio-économique de la population du territoire de Kabare

Concrètement, au cours de ce séjour de recherche participatif nous contribuerons à différentes activités dont :

  • Travail sur terrain dans la nature : estimation des ravages en fonction des conditions environnementales, saisons, cultures, …
  • Etude sociologique : Sondage auprès des agriculteurs locaux
  • Etude en laboratoire : Elevage des chenilles et investigation du cycle de vie et de la biologie de ces ravageurs de culture, études sur leurs régimes alimentaires, compétition intra-spécifique, etc…
  • Expérimentation au sein de champs-écoles : mise en place et comparaison des méthodes de lutte contre ce ravageur : la chenille légionnaire d’automne : Essais en vue de déterminer l’efficacité, les dosages et les stratégies d’application des biopesticides et de pesticides botaniques, ainsi que les formules efficaces.
  • Sensibilisation des populations locales et des agriculteurs locaux quant aux solutions durables identifiées
Lire plus

Concepts Appris sur le Séjour

  • Concepts scientifiques et naturaliste : Biologie, écologie, entomologie, agronomie, agriculture, biologie végétale, physiologie végétale, botanique, interactions hôte-parasite, ravageur de culture, chenille, lépidoptère, herbivorie, culture, maïs, plantes,
  • Concepts liés à la pratique de la recherche scientifique : Collecte d’échantillons scientifiques, transects, réplicas, analyses scientifiques, expériences, élevage, cycle de vie, cycle biologique, protocole de recherche, partenaire scientifique, publication scientifique
  • Concepts humain : Travail d’équipe, collaboration, partenariat, complémentarité des compétences, renforcement de capacité, raisonnement logique, …

Le Matériel Utilisé

  • Pour les activités en laboratoire : Vivariums, loupes, …
  • Pour les activités dans les champs-école :
    • L’installation des champs écoles ou les techniques culturales seront utilisé en vue de permettre aux paysans d’apprendre des nouvelles des techniques de lutte contre la chenille légionnaire pour qu’il adapte dans leurs champs.
    • Utilisation des outils locaux et adaptés aux paysans agriculteurs
  • Pour les activités d’échanges avec les locaux pour étude sociologique : enregistreur, papier, crayon
  • Pour les activités de sensibilisation des agriculteurs et populations locales :
    • Les affiches, dépliants, descente sur terrain pour une démonstration, dans un champ école pilote installé pour les enseignements au profit des paysans agriculteurs.
    • Utilisation des outils qui sont dans leur habitude ou dans leur pratique sur le champ.

Le lieu

Ce séjour a lieu dans les groupements de Miti, Mudaka, Bugorhe, Irhambi-katana, Bushumba, dans le territoire de KABARE en province du SUD-KIVU, en RDC.

Lire plus

L'Équipe

Nicolas AKSANTI KABWANDA : Porteur de ce projet de recherche scientifique et éducateur scientifique

Herman MANA MATABARO : éducateur scientifique sur ce projet

Lire plus

A voir aussi



Nos partenaires

Voir également